Le recueil de Roche

Nous avons pu nous procurer ce fascicule imprimé à Nantes (à l'Imprimerie du Commerce d'Ev. Mangin) en juillet 1863 et intitulé

 Chansons

et pièces fugitives

Recueil dédié à la Respectable Loge Mars et les Arts

à l'Orient de Nantes

par le Frère Roche

L'auteur, dont la signature fait état de sa qualité (que confirme la dernière chanson) de Rose-Croix, dédie son ouvrage au Frère Grignon-Dumoulin, Vénérable de ladite Loge, en hommage de reconnaissance et d'affection. Mais il adresse aussi à ses excellents Frères de Mars et les Arts l'avis suivant :

Ces chansons, composées pour ajouter à l'entrain de nos banquets maçonniques, n'avaient d'autre mérite que celui de l'à-propos ; bulles éphémères, elles devaient s'évanouir avec l'écho du dernier refrain, avec le dernier pétillement du champagne.

Vous avez décidé que ces pièces fugitives seraient conservées ; en voici le recueil, je le place sous l'égide de votre bienveillante amitié.

Mes sentiments, mes frères, vous sont acquis depuis bien longtemps, et je suis heureux de vous en renouveler ici l'expression franche et sincère.

 Le recueil comprend 36 pages et contient 14 chansons (pour 4 d'entre elles, l'air n'est pas précisé) et 2 poèmes :

page Titre (si mentionné) incipit  air
7   Assez d'auteurs rivaux Tarare Pompon
8   Enfants zélés de la Maçonnerie d'Aristippe
9   Mes frères A table, à table
11   Admis au Temple avec mystère des Deux Edmond
12   N'envier rien Les Gueux
14   Vous me demandez un refrain du Juif
16   Un bonheur parfait C'était du bon temps
18 Laissons bouillir le printemps Chanter n'est pas la grande affaire [laissé en blanc]
20 La p'tit' chanson Frères, autour de cette table ça n'se peut pas
22 Ronde de Table Frères, lorsque chaque jour En avant les entrechats
24 A propos du bal de charité donné à la Loge Mars & les Arts Voici venir le temps  
28   Aux coups du sort [laissé en blanc]
29 La Taupe et les couleurs, fable Iris, un beau matin  
30 Adieux aux Frères Michaud, Sujol et Dobbels Après ces chants [laissé en blanc]
32 Juin 1858 Pour clore nos joyeux banquets [laissé en blanc]
34 1859 - Jeudi-Saint, fête du Chapitre En savourant ces mets exquis J'étais bon chasseur autrefois

Ces chansons contiennent souvent des allusions à une actualité plus ou moins récente. 

Certaines de ces allusions sont difficilement compréhensibles aujourd'hui, par exemple (p. 13) :

Honte aux plumes qu'on achète,
Caméléons complaisants
Qui dînent de la Gazette
Et s'habillent du Bon Sens !

[ndlr : On sait que la Gazette de France fut un journal dont l’orientation politique changea en fonction des régimes en place et dont le ton resta impartial et très prudent ; le quotidien Le bon sens, qui parut jusqu'en 1839, avait été en 1834 accusé de soutenir à la fois la Monarchie et la République, ce qui provoqua un duel célèbre.]

D'autres sont beaucoup plus claires, comme celle-ci (p. 11) qui fait manifestement référence à 1830 :

Mais Juillet a montré qu'en France,
Pour châtier, et d'importance,
Les suppôts d'un roi très-chrétien,
Le peuple y voit fort bien.

Retour au sommaire du XIXe :

Retour au sommaire du Chansonnier :