Le Testament d'Hiram

 En cliquant ici, vous pourrez entendre l'introduction

Le compositeur serbe Dimitrije O. Golemović a terminé en 2004 cet oratorio intitulé Le Testament d'Hiram, dont il est aussi l'auteur du livret.

Le site public Pietre-Stones en donne sur plusieurs pages le texte (en 3 langues), une page de la partition, l'enregistrement intégral et une introduction par le compositeur lui-même. 

Après une courte (35") introduction instrumentale, l'oeuvre se compose de trois fois la succession d'un texte parlé (avec accompagnement musical) et d'une aria.

Les textes du récitant sont principalement constitués d'une paraphrase du récit légendaire tel qu'il figure, sous de multiples formes, dans les Rituels traditionnels ; il nous semble dès lors inutile de les reproduire ici.

Voici donc la liste des 7 pièces composant l'ensemble :

  1. introduction orchestrale

  2. texte 1 : organisation de la construction du Temple, complot de 15 compagnons pour obtenir le mot de Maître ; 12 se repentent, 3 persévèrent.

  3. aria 1 (pour choeur)

  4. texte 2 : relation du meurtre d'Hiram

  5. aria 2 (pour baryton)

  6. texte 3 : enterrement d'Hiram par ses meurtriers - enquête ordonnée par Salomon sur sa disparition - les 12 compagnons repentis se présentent, avec des gants blancs en signe d'innocence, à Salomon qui les envoie 3 par 3 dans les 4 directions - l'un d'eux entend les meurtriers, réfugiés dans une grotte, qui expriment leurs remords. Rameutant ses compagnons, il les capture et les amène à Salomon qui les fait décapiter - recherche et découverte du corps d'Hiram. Le récit est suivi de quelques commentaires moraux (La peur de la mort est une manifestation de l'ignorance humaine ... L'homme tourné seulement vers l'éphémère voit la mort comme la fin. Celui qui perçoit la mort correctement, mature la liberté de son esprit et comprend qu'une autre vie, plus haute, est née sous l'arche de la mort ...)

  7. aria 3 (pour choeur, avec soprano au final)

Le compositeur présente lui-même son oeuvre dans un texte dont nous extrayons (et tentons de traduire) les passages suivants :

In my professional work I had written mostly vocal music. Therefore is no surprise that the idea of putting in the music the Legend of Hiram, was born in the very moment that I have heard and experienced it some ten years ago. In refflexing of the matter I chose form of Oratorio. The Deliverance of the Oratorio lasted, with some interruptions for several years, so it was finished on January, 2004.

Libretto with the Title “Hiram’s.Testament”, aroused on the basses of the Legend of Hiram, and the main source was Ritual of the 3rd dg., as well as the other Masonic literature. Libretto was at first written on Serbian language, and then translated on English and Italian.

The main roles in the Oratorio are Narrator and Mail Chorus. They are interchanging with bringing up textual elements – Narrator – Legend about the murder of Hiram Abiff and the Chorus reflexions about life after death which could be achieved solely by good deeds to fellow humans.

...

My goal was clear stress of the messages from the text, I have not reached for complicated musical solutions during the creation of Oratorio. For that reason there is simple if not minimalist musical structure.

Dans ma carrière j'ai écrit beaucoup de musique vocale. Il n'est donc pas surprenant que l'idée de mettre en musique la légende d'Hiram me soit venue dès le moment où je l'ai entendue et vécue, voici une dizaine d'années. En y réfléchissant j'ai choisi la forme de l'oratorio. Sa réalisation traîna, avec des années d'interruption, mais il se termina en janvier 2004.

Le livret intitulé "le Testament d'Hiram" se base sur la légende d'Hiram, la source principale étant le Rituel du 3e degré, aussi bien que d'autre littérature maçonnique. La langue originale est le serbe, avec des traductions en anglais et en italien.

Les principaux intervenants sont un récitant et un choeur d'hommes. Ils alternent des éléments où le récitant rapporte la Légende d'Hiram et les réflexions émises par le choeur sur la vie après la mort, qui ne peut être atteinte que par de bonnes actions envers les frères humains.

...

M'étant surtout préoccupé d'exprimer le message du texte, je n'ai pas cherché de solutions musicales élaborées ; pour cette raison la structure musicale est simple, sinon minimaliste. 

Le compositeur donne également des détails sur les deux exécutions publiques qui ont eu lieu en 2004 à Banja Luka et ensuite à Belgrade.

Retour au sommaire des chansons diverses du XXIe siècle :

Retour au sommaire du Chansonnier :