Bénédicité

 Cliquez ici (midi) ou ici (MP3) pour entendre l'air de Aussitôt que la lumière

Ces pages sont les pp. 187 à 189 du Code Récréatif des Francs-Maçons. La chanson figure également à la Lyre maçonnique de 1809 - qui donne d'ailleurs, outre celui mentionné ci-dessous, deux autres airs possibles, la Fanfare de Saint-Cloud et du Mameluck.

On le retrouve aussi, réduit aux premier et dernier couplet, à la p. 202 du Nouveau Code récréatif des Francs-Maçons.

On la retrouvera en 1835 (colonnes 148-9) dans le n° 1 de L'Univers maçonnique.

Mais la chanson est plus ancienne et remonte au XVIIIe, puisqu'elle figure déjà au recueil d'Honoré (p. 22) et aux pages 123-4 de l'édition 1787 du Recueil de Cantiques du Manuel des franches-maçonnes ou la vraie maçonnerie d'Adoption.

On la retrouvera en 1833 à la p. 155 de l'ouvrage d'Auguste Neyen, La Franc-Maçonnerie expliquée par un ami de la Vérité, dans les années 1860 au recueil d'Orcel, ainsi que, sous le titre Cantique d'ouverture des Travaux en Loge de Table (mais sans les couplets 2 et 5), au recueil du Locle en 1842 et au recueil de la Bonne Harmonie en 1865.

Une autre édition encore, publiée à Caen, spécifie, à propos du 4e couplet (qu'elle termine par D'un regard de ton amour au lieu de D'un souris de ton amour), que en général on ne chante que ce couplet à l'ouverture des banquets maçonniques.

Voir la partition de l'air mentionné.

 

BENEDICITE

DES FRANCS-MAçONS.

Air : Aussi-tôt que la lumière.

1

Elevons une ame pure
A notre divin auteur,
Amis, et dans la nature
Admirons son créateur;
Chantons le grand Architecte
Qui jeta ses fondemens,
Qui forma l'Homme et l'insecte
Et ces vastes élémens.

2

Ce fut ce puissant génie
Qui du chaos ténébreux,
Fit éclore l'harmonie
De ces globes lumineux;
Qui, sous la céleste voûte
Plaça ces mondes divers,
Et l'astre qui dans sa route
Féconde cet univers.

 3

A te rendre nos hommages
Qu'ici nous trouvons d'attraits!
Grand Dieu ! chanter tes ouvrages,
C'est retracer tes bienfaits ;
Sans cesse ta main féconde
Sous nos yeux les reproduit,
Si de fruit la terre abonde
C'est elle qui l'enrichit.

4

Reconnais, père adorable,
A nos respects tes enfans ;
Vois-les, d'un oeil favorable,
Se nourrir de tes présens ;
De ce banquet qui s'apprête
Bénis les mèts en ce jour ;
Daigne honorer cette fête
D'un souris de ton amour.

5

Sois propice à nos mystères,
O toi que nous célébrons (1) !
Porte à ce Dieu les prières
De tes zélés nourrissons
Attachés à tes exemples ;
Sollicite sa bonté :
Nos mains n'élèvent des temples
Qu'à l'auguste vérité.

(1) Saint-Jean-Baptiste.

Retour au sommaire du Code récréatif :

Copie de Gr00.gif (4742 octets)