La Collection de Cantiques 

de la Paix Immortelle

 

Ce recueil de chansons (sans partition) n'est pas daté, mais il ne peut être antérieur à 1811 puisqu'il comprend des cantiques chantés au cours de cette année. 

Nous ne disposons guère encore de renseignements sur cette Loge parisienne, hormis ceux figurant 

  • à son Règlement qu'on peut trouver ici avec son Tableau de fin 1805

  • à l'extrait de son Livre d'Architecture, publié par le même imprimeur et sous la même présentation et daté de 1809 (mais, curieusement, comprenant des textes de date ultérieure). Nous y apprenons que, comme l'indique son sceau, elle fut fondée en 1804 (peut-être dans la foulée de la signature de la Paix d'Amiens ? A ce moment, le thème de la Paix Immortelle est en tout cas bien présent dans le chansonnier maçonnique) ; Bord signale cependant qu'une Loge du même nom avait été fondée en 1750 à Paris.

Il comprend 79 pages, et contient 40 chansons ; si certaines de ces chansons sont connues par ailleurs, d'autres, plus nombreuses, ne semblent pas avoir été éditées dans d'autres recueils. 

Voici la table de ce recueil :  

Page Titre Incipit

5

Bénédicité des francs-maçons

Elevons une âme pure
Cantique pour les Santés Tandis que je vois la gaîté
Ronde pour un Banquet Alignons nos canons ensemble
11  Cantique du Vénérable Lafon Quand le grand Orient de France
13  Impromptu du Frère Perin Frères, notre coeur nous rappelle
14  Le profane vaincu (dialogue du Frère Lafon) De votre Franc-Maçonnerie
19  Couplets sur la Bienfaisance Vous qui venez d'être introduits
21  L'Amitié maçonnique L'Amour, héritier de sa mère
22  Cantique du Frère Bertin Que du bonheur l'ombre mobile
23  Cantique du Frère Bertin Vous savez tous qu'Héraclite avait pris
25  Couplets pour le Vénérable Lafon Pour nous faire aimer les vertus
27  Couplets adressés à la Paix Immortelle par le Frère Richard, Vénérable de la Clémente Amitié Du monde je hais le tracas
28  Couplets du Frère Lussauld Chantons, Frères, chantons notre Vénérable
31  Couplets des Elèves de la Nature O vous ! qui possédez un coeur
32  Couplets pour l'affiliation de plusieurs Loges Quel plaisir brille dans nos yeux !
34  Cantique du Frère Le Pitre  Il brille enfin ce jour heureux
36  Cantique  O mes amis ! passons à notre mère
37  Cantique  Eh ! bon, bon, bon, le Franc-Maçon
40  Couplets du Frère Bertin Chrétiens, païens, quelque soit votre secte
41  Cantique du Frère Cabouret  Louis lançant son tonnerre
42 La leçon maçonnique Ma maîtresse est volage
44 Les secrets de la Franc-maçonnerie dévoilés Profanes, qui vous nourrissez
46 Couplets aux détracteurs de l'Ordre Le profane rit ici bas
50 l'Amour maçon On m'a raconté que l'Amour
51 Couplets en Loge d'Adoption J'ai su que la Paix Immortelle
53 Couplets aux maçonnes Que ce jardin, que ce parterre
55 Couplets en Loge d'Adoption Au plaisir ce jour nous invite
56 Impromptu à Madame D*** Vous êtes franche, aimable et bonne
57 Chant d'amour Vous qui chantez dans le sacré vallon
60 Couplets chantés en adoption De nos voeux reçois les offrandes
61 La Lumière Peut-on goûter des biens parfaits
63 Cantique de clôture pour une Loge d'adoption Ce temple révéré est le temple de Gnide
65 Cantique du Frère Condorcet Je regrette peu le destin
68 Invocation à Bacchus Toi qui par tes rayons divins
69 Couplets du Frère Delaune N'arrive pas toujours qui veut
70 Cantique du Frère Hucherard Frères admis à ce banquet 
71 Cantique du Frère Leguey Qu'il est beau d'être Franc-Maçon
73 Cantique du Frère Pingret Peindre le vice avec gaze légère
76  Plus on est de fous plus on rit, chanson bachique Des frelons, bravant la piqûre
78 Chanson de Roland Où vont tous ces preux chevaliers

Nous disposons également d'extraits du Livre d'Architecture, qui contiennent, outre des discours prononcés en Loge dans diverses circonstances en 1809 et 1810, le compte-rendu de la Fête du Vénérable Lafon le 27 juillet 1809.

Comme on le voit ci-dessous à cet extrait de son Tableau, la Loge s'était assuré le concours de quelques chanteurs célèbres, habitués à prester dans les Loges : Bertin, Laforest et Lefèvre.

Retour au sommaire du XIXe :

Retour au sommaire du Chansonnier :