Banquet pour la Fête du Vénérable Lafon

de la Paix Immortelle (1809)

 

Notre édition de la Collection de cantiques de la Paix immortelle est reliée avec des Extraits du Livre d'Architecture de cette Loge (86 pages), dont le premier (38 pages) date du 27 juillet 1809 et concerne la Fête du Vénérable Frère Lafon, célébrée à la suite de la Fête de l'Ordre.

Ce compte-rendu montre que la Loge n'avait reculé devant rien pour rendre cet événement mémorable : après que le 1er Surveillant ait ouvert les Travaux et accueilli les visiteurs, on introduisit, sous la voûte d'acier et au son de l'harmonie jouant Où peut-on être mieux qu'au sein de sa famille, le Vénérable, que trois commissaires avaient été prendre chez lui avec une voiture, pour le couvrir d'éloges successifs et lui offrir une épingle en diamant.

Il contient, outre quelques discours, le Tracé (pp. 25-38) du Banquet consécutif, tracé qui contient bon nombre de couplets chantés en cette circonstance. Certains de ces couplets sont relatifs au Rituel des 7 Santés d'obligation ; voici la liste des autres  :

- cantique (pp. 30-31) chanté par le Vénérable, le Frère Lafon ;

- cantique (pp. 31-32) du Frère Ysabeau, chanté par le Frère Bertin ;

- plusieurs morceaux chantés par le Frère Laforêt, qui ne sont pas reproduits au Tracé.

- couplets (pp. 33-34) adressés au Frère Lafon par le Frère Lussault (du Centre des Amis), chanté par le Frère Bertin ;

- couplets (pp. 35-6) chantés par l'Orateur ;

- cantique de clôture (pp. 37-38) chanté par le Frère Bertin (il s'agit des 2 couplets traditionnels) ;

- couplet (p. 38) chanté en choeur pour accompagner la circulation du mot du jour.

On remarque l'importance de la participation des Frères Bertin et Laforêt, qui étaient membres de la Loge.

Lafon 

Jean-Baptiste Lafon fut 6 ans Vénérable de la Paix immortelle, depuis sa fondation en 1804 jusqu'en 1810. La célébration annuelle de sa fête par la Loge semble en avoir été une activité particulièrement appréciée, générant de multiples chansons en son honneur, comme c'était le cas pour Merché-Marchand à la Loge de la Parfaite Réunion.

Le tableau de la Loge le présente en 1805 comme :

LAFON, (Jean-Baptiste) Docteur en Médecine, Officier du Grand Orient de France, Rose-Croix, Membre du Souverain Chapitre Métropolitain et du Sublime Conseil et Consistoire philosophique, né à Vïgeois (Département de la Corrèze), fondateur.

En 1845, Claude Lachaise, dans Les médecins de Paris jugés par leurs oeuvres, le qualifie ainsi :

LAFON (Jean-Bap.), Docteur En Médecine ; médecin en chef de l'hospice des Incurables (femmes) et de l'hospice Devillas ; né, en 1764, à Vigeois (Corrèze) ; reçu docteur à Paris en 1805. (Rue de Sèvres, 54, à l'hospice des Incurables.)

Ce digne et modeste confrère est probablement le doyen des médecins de nos hôpitaux, où il est entré comme élève, après concours, il y a plus de cinquante-sept ans (février 1787) ; et tout le monde reconnaît que cette longue carrière a été des mieux et des plus honorablement remplies. M. Lafon a été un des médecins qui se sont le plus tôt et le plus franchement prononcés en faveur de la vaccine. C'est lui qui a choisi et présenté les trente premiers enfans qui ont été vaccinés à l'arrivée d'Angleterre du duc de Larochefoucaud-Liancourt qui importait cette précieuse découverte. M. Lafon a été décoré en 1815 pour services rendus dans deux hôpitaux militaires en 1813 et 14 ; il a imaginé des lancettes qui rendent plus sûre et plus commode l'opération de la vaccine, et publié, indépendamment d'une bonne thèse sur la digestion, plusieurs mémoires qui font regretter que divers travaux qu'il a ébauchés sur la matière médicale ne soient pas menés à fin. Nous avons aussi lu de lui quelques discours prononcés en diverses occasions, un entre autres, en 1822, sur la tombe du général Duménil, ancien commandant de l'hôtel des Invalides, et qui respire d'un bout à l'autre les plus nobles sentimens.

Le fichier Bossu nous apprend qu'il est décédé en 1849 et qu'il avait été reçu maçon à la Loge parisienne Saint Paul et Saint Eparche le 6 floréal an 9 (26 avril 1801), mais aussi qu'en 1802 il était député de la Loge parisienne Saint Auguste de la Parfaite Intelligence, et qu'il avait à nouveau été Vénérable de la Paix immortelle de 1813 à 1816, date de sa mise en sommeil dans cette Loge, tout en restant Officier honoraire du Grand Orient.

Est-il à confondre avec celui qui avait publié à Paris en 1796 un livre intitulé Philosophie médicale, ou Principes fondamentaux de la science et de l'art de maintenir et de rétablir la santé de l'homme. Par le docteur Lafon, Ancien Médecin de l'Hôtel-Dieu de Bordeaux ?

Il chanta deux fois au cours de sa fête, pour un cantique et pour la Santé des Surveillants. Et plusieurs cantiques de sa composition ou en son honneur figurent à la Collection de cantiques de la Paix immortelle.

Retour au sommaire de la Paix Immortelle :