Une Marseillaise maçonnique

 Cliquez ici pour entendre l'air (si vous ne le connaissez pas !)

Bien postérieure à celles de 1792, de Delalande et de Malvesin, qui s'intitulait Marseillaise de la Paix, celle-ci pourrait plutôt s'intituler Marseillaise de la Guerre.

Cela s'explique aisément par les circonstances de sa création : elle remonte en effet au 25 mars 1916, date à laquelle elle fut chantée, sur un texte de Tobie Claes, lors d'Agapes fraternelles de la Loge temporaire belge Nous Maintiendrons à la Haye.

 

Cette chanson est mentionnée par Marcel De Schampeleire dans son ouvrage Histoire de 250 Ans de Banquets Maçonniques en Belgique.

 

NOUS MAINTIENDRONS. 

(Air : La Marseillaise.) 

En francs-maçons de coeur et d'âme 
Jusques au bout nous maintiendrons. 
Devant l'Orient nous le jurâmes 
Et nos serments nous les tenons (bis) 
Des anciens Gueux, la noble trace 
Sans défaillance nous suivons : 
Fidèles jusqu'à la besace 
A la Patrie nous restons, 

Frères et Compagnons, à nous le bon combat ! 
Vivat l'Honneur, le Droit, vivat, semper vivat ! 

L'exil est dur et long. Qu'importe ! 
S'il nous permet de travailler 
A f… les Boches à la porte, 
A les occire et nous venger. (bis) 
Pour démasquer cette canaille 
Et ses mensonges de bandit, 
A nous la haine ! et la bataille 
Par la parole et par l'écrit ! 

Frères et Compagnons, etc. 

En vain les infernaux reptiles 
A flots nous crachent leurs poisons. 
Un contre cent, un contre mille, 
La Vérité nous maintiendrons ! (bis) 
Nous maintiendrons sous la tempête 
Quoiqu'il arrive - c'est juré ! - 
Jusqu'au grand jour, jusqu'à la fête 
De Force, Sagesse et Beauté ! 

Frères et Compagnons, etc.

Retour au sommaire des chansons du XXe siècle :

Retour au sommaire du Chansonnier :