Les recueils de La Flamboyante à Dordrecht

Nous connaissons 3 recueils dont la publication est en relation avec la Loge La Flamboyante de Dordrecht.

1.

Ce recueil (sans partitions) de 64 pages intitulé Vrij-Metselaars Gezangen (Chansons de francs-maçons) et gedrukt voor de Leden (imprimé pour les membres) a été imprimé à Dordrecht en 1846.

Il comprend 41 chansons, toutes en néerlandais (alors que d'autres recueils néerlandais que nous connaissons, publiés en 1799, 1806 et 1849, comprennent encore une proportion plus ou moins importante de chansons en français).

2.

Ce recueil (sans partitions) intitulé Vrijmetselaars Gezangen (Chansons de francs-maçons) a été publié en 1855.

Il comprend 66 chansons, également toutes en néerlandais.

Parmi celles-ci, mentionnons :

 

3.

 Polyhymnia, Gezangen voor de Vrijmetselaren op muziek en opgedragen aan de Achtbare Loge la Flamboyante gevestigd in het Oosten van Dordrecht door J. Davidson (Polyhymnia, chants pour les francs-maçons, mis en musique et dédiés à la Respectable Loge la Flamboyante fondée à l'Orient de Dordrecht, par J. Davidson) est un recueil publié à Dordrecht, à une date non précisée.

Le recueil contient 12 chansons (en néerlandais), dont les titres se traduisent :
 

Titre 1814 1846 1855
1

Notre Roi

9 11
2

Au Grand Maître National

17
3

Le Prince d'Orange

4

Au Vénérable Maître

84 13 25
5

Au Vénérable d'Honneur

34
6

Aux Frères Surveillants

33
7

Aux Frères Visiteurs

35
8

Aux Frères Officiers

38 19 38
9

Membres et Enfants

96 47
10

Nouveaux Initiés

7 50
11

Les Beaux-Arts

36 33 62
12 Fermeture de la Loge 68 6

Le texte de la plupart de ces chansons se trouvait déjà au recueil (de 1814) Vrij-metselaars gezangen (nous avons indiqué dans la colonne 1814 le n° de page correspondant si nous le connaissons), qui est un recueil de 46 chansons, dont quelques-unes se réfèrent d'ailleurs explicitement dans leur titre à la Flamboyante.

On trouve également le texte de certaines à l'un ou l'autre des deux recueils de 1846 et 1855 mentionnés ci-dessus ; nous en faisons également mention dans la colonne correspondante si nous le connaissons.

 

Retour au sommaire du XIXe :

Retour au sommaire du Chansonnier :