Le fleuve de la vie

 Cliquez ici pour entendre un fichier mp3 de cette partition

L'air du fleuve de la vie est donné sous le n° 342 par la Clé du Caveau, sous le titre alternatif on parle de philosophie. Nous en avons retrouvé le texte original aux pages 194-5 des Chansons nationales et populaires de France de Dumersan, où est donnée l'indication de Sewrin comme rédacteur et de Meissonnier aîné comme compositeur.

Nous n'avons pu identifier ce dernier avec précision : d'une part Meissonnier Aîné et Compagnie étaient marchands de musique à Toulouse (rue St.-Rome, no 49), d'autre part il y eut (avec un lien de parenté certain) un Meissonnier aîné (J.), professeur de chant et de guitare, éditeur du journal de lyre ou guitare, boulevard Montmartre à Paris. Un Meissonnier (sans doute ce dernier) fut avec Plantade et Romagnesi un des artisans du réveil du Caveau en 1825.


Sewrin (pseudo de Bassompierre) avait effectivement déjà publié ce texte en 1803 aux pp. 122-4 de la 4e partie au volume 2 de son ouvrage Les trois Faublas de ce tems-là.

Il s'en était ensuite inspiré dans la comédie (1807) François 1er, ou La fête mystérieuse de Sewrin et Chazet (musique de Kreutzer), où un duo dans la scène IV de l'acte I commence par :

On parle de philosophie ,
On ne sait pas la définir .
La mienne à moi, c'est le plaisir
Qu'inspire l'aimable folie !

chanson(s) de ce site utilisant cet air : 1, 2

 

Retour au sommaire des airs profanes :

Retour au sommaire du Chansonnier :