La Treille de sincérité

Cliquez ici (midi) ou ici (mp3) pour entendre cet air, séquencé par Christophe D.

La treille de sincérité est une chanson de Désaugiers, dont Sainte-Beuve fait grand cas : De toutes les chansons de Desaugiers, s'il m'était permis de préférer et de dire celle qui me semble peut-être la plus complète littérairement ... je nommerais la Treille de sincérité (1814). Composition, détail, expression et facture, elle me paraît tout réunir au point de perfection et à ce degré d'art dans le naturel qui, en chaque genre et même en chanson, constitue le chef-d'oeuvre. 

La treille de sincérité est selon Littré une vigne imaginaire dont le vin faisait involontairement parler avec sincérité ceux qui en buvaient.

L'air s'en trouve au n° 1113 dans la Clé du Caveau (3e édition) avec le titre alternatif Nous n'avons plus cette merveille qui est l'incipit du texte de Désaugiers. 

Une partition plus lisible en est donnée pour la chanson de Béranger L'enfant de bonne maison qui figure, sous le n° 144, à la page 109 de ses Oeuvres complètes :

 

chanson(s) de ce site utilisant cet air : 1, 2, 3

 

Retour au sommaire des airs profanes :

Retour au sommaire du Chansonnier :