Invocation chantée
lors d'une Fête du Réveil de la Nature

Les pp. 180 à 219 du Tome 2 des Annales maçonniques donnent (en version bilingue) un extrait des Travaux de la Fête du Réveil de la Nature du 19 mars 1807 à la Loge milanaise Real Gioseffina (Royale Joséphine). Un des objets de cette fête prestigieuse était d'honorer l'Impératrice (et reine d'Italie), à laquelle la Loge devait son nom et que la tradition considère comme ayant été la Grande Maîtresse des Loges d'Adoption. Le buste de celle-ci, qui trônait à l'Orient, fut solennellement honoré par le discours suivant, très exemplatif du culte de la personnalité de l'époque :

Reçois, ô Souveraine Auguste et Bienfaisante ! reçois les fruits de nos mystérieux travaux, et daigne nous continuer la faveur de ta protection : qu'à la gloire de la famille éminente dont tu es l'ornement, s'unisse sans cesse la fortune, la gloire et la force qui se plaît à secourir i'humanité, qui souvent réclame en vain la pitié des puissants et des grands ...

L'assistance, très nombreuse, comportait notamment le haut dignitaire du REAA (la Loge Real Gioseffina était scozzese - écossaise) Grasse-Tilly, en tant que représentant de la Loge parisienne Saint Napoléon.

Il fut tout d'abord procédé - avec l'appareil le plus imposant - à plusieurs initiations.

A un moment donné pendant le Banquet qui suivit, les Travaux de mastication furent interrompus pour annoncer qu'on se trouvait (ce que confirmait un luxueux décor, minutieusement décrit) dans une Loge régulière qui représente l'antre de Mitra (NDLR : il s'agit évidemment, non de Mitra, mais de Mithra).

On entre effectivement à ce moment dans une phase très ésotérico-syncrétique de rituel qui vaut la peine d'être reproduite au moins en partie, tant elle est caractéristique de la maçonnerie de parade en vogue sous l'Empire.

Elle comprend (aux pages 206-207) une partie chantée (que nous avons mise en évidence et reproduite dans les deux langues). 

On remarquera des parentés - relevées par certains commentateurs - avec, non seulement les rites égyptiens (référence à Isis et Osiris) mis à la mode par Cagliostro, mais aussi des rites dits magiques tels que le Rito di Ariete (Rite du Bélier).

Un rituel d'équinoxe pseudo-mithriaque

(extraits)

...

- Quel effet produit le soleil en passant par le Zodiaque ?

- L'arbre de la vie et les douze fruits du bien et du mal.

- Quel est l'élément qui ranime cet arbre mystérieux et mûrit les fruits du bien ?

- Le sang du Taureau.

Ici, d'après l'ordre du Vénérable, les Surveillants se lèvent et annoncent que les instrumens et les sacrificateurs sont disposés pour immoler la victime ; et aussitôt les Frères Experts eux-mêmes, chargés d'observer le temps, annoncent que le Soleil est prêt à sortir de son tombeau pour passer de l'empire des ténèbres et de la mort à celui de la lumière et de la vie. Alors le Vénérable invite les Colonnes à se tourner vers l'Orient et à adresser leurs vœux au Grand Architecte de l'Univers pour qu'il achève le triomphe de l'œuvre de la régénération.

Si canta la seguente preghiera, accompagnata dall' armonia, e posta in musica dal Fratello Orlandi.

Gran Nume, al cui splendore
Tutto si avviva e adorna ,
Lieto risorgi, e torna
A consolarci ancor.

De' figli tuoi ne! core
L'antica fiamma accendi;
Deh sorgi, e al mondo rendi
Il suo perduto onor.

On chante l'invocation suivante, accompagnée par l'harmonie, et mise en musique par le Frère Orlandi.

Grand Dieu ! dont partout la lumière
Sème la vie et l'ornement,
Sors de ton lit, et de la terre
Reviens consoler chaque enfant.

Lève toi, fais chez nous descendre
Un doux rayon en chaque cœur ;
Toi seul a le pouvoir de rendre
Au monde son premier honneur.

L'invocation terminée, le Vénérable après trois grands coups, répétés successivement par les Surveillants  « Au nom du Grand Architecte de l'Univers, — en vertu de l'éternelle loi de la nature, — et au progrès de la raison qui émane de l'un et combine les autres, annonce le couronnement du plus grand mystère de la lumière.

En ce moment les nuages glissent de la droite à la gauche de l'Orient, et laissent voir le Soleil et la Lune brillants de lumière, sous les emblèmes d'Osiris et d'Isis, au milieu des houzé répétés sur les colonnes, et des sons joyeux de l'harmonie.

Aussitôt le Frère Terrible apporte au Vénérable le flambeau éteint qui se trouvait sur le grand autel élevé au pied du trône du Bélier, et le Vénérable l'ayant allumé aux rayons du Soleil, lui rend pour en embraser le foyer sur l'autel et les étoiles obscures. Les parfums intérieurs s'enflamment, et les Frères Surveillants annoncent que le Soleil est déjà au point où l'Equateur opère sa jonction avec le Zodiaque. Le Vénérable ordonne de célébrer le rit analogue (NDLR : ancien sens, correspondant à adéquat).

Le Frère Terrible, assisté des autres Sacrificateurs, prend l'épée suspendue sur l'autel, perce le Bélier, et fait recueillir le sang et les membres coupés. On en distribue une part au Vénérable, comme représentant l'Orient, et aux Surveillants comme représentant les Colonnes de l'ouest et du sud ; on charge abondamment les canons, et les bannières déployées, au roulement des batteries, et au bruit des instrumens militaires, les travaux se raniment avec la plus vive force, en applaudissant au Grand Architecte de l'Univers, à la propagation de la Vraie Lumière et à la prospérité de la Loge et de l'Ordre.

 Autres chansons en italien

Retour au sommaire des Annales de Caillot :

Retour au sommaire du Chansonnier :