L'amitié fraternelle, 

romance maçonnique

Cliquez ici (midi) ou ici (MP3) pour entendre le fichier de cette partition, séquencé par B. A.

Cette romance maçonnique intitulée L'amitié fraternelle, et qui dit (en le justifiant par des notes - certaines précises, d'autres moins) ne relater que des faits historiques, figure aux pp. 17-21 du fascicule de Delorme Les faux-maçons, satire, suivie de poésies et chansons maçonniques.

La Loge calaisienne de Saint-Louis des Amis Réunis avait instauré des prix littéraires et Delorme, concourant pour ce prix, avait eu l'habileté de choisir, parmi les maçons particulièrement bienfaisants qu'il mettait à l'honneur dans son oeuvre, deux membres de cette Loge (ce sont d'ailleurs les seuls qui soient nominativement désignés) : cela ne pouvait évidemment que lui attirer la bienveillance du jury ...
 

L'AMITIÉ FRATERNELLE,

 ROMANCE MAÇONNIQUE (1),

 

 Couronnée par le Jury Philanthropique et littéraire de la Respectable Loge écossaise de Saint-Louis des Amis Réunis, à l'Orient de Calais.

 

Présent plus précieux, et plus cher mille fois
Que les trésors du monde et les bienfaits des rois.

Delille, Poème de la Pitié.

 

AIR de la Piété filiale : Mes chers enfans, unissez-vous

 

La voix des Amis-Réunis
M'invite à reprendre la lyre :
A cet appel comment ne pas souscrire ?
Puis-je oublier les nœuds que je chéris !
Je n'ai qu'une faible étincelle
Du feu créateur des beaux vers ;
N'importe, il faut dans mes tableaux divers
Chanter l'amitié fraternelle.   (bis.)

Non loin d'un bois, un malheureux (2)
Allait expirer de misère ;
Il s'écriait : n'est-il donc pas un frère
Que mon étoile amène dans ces lieux ?
Un Maçon, à nos lois fidèle,
Le voit,
l'emporte dans ses bras, ...
Et l'indigent fut sauvé du trépas,
Grâce à l'amitié fraternelle.   (bis.)

 

 

 

Dans l'abandon et dans les fers (3)
Voyez cette tête blanchie :
Le malheur seul, et non pas l'infamie,
Causa ses torts, sa honte et ses revers.
L'amitié vient : compte sur elle,
Vieillard, que le destin poursuit ;
Sors du cachot et rejoins ton réduit,
Guidé par la main fraternelle.   (bis.)

 

 

 

Aux flots des rives de Calais
Deux naufragés étaient en proie :
Un frère accourt ; c'est un
dieu qui l'envoie ;
Par lui leurs jours à la mort sont soustraits.
Souville, pour prix de ton zèle (4),
Entends mes timides accords 

Bénir ton nom, ta vertu, tes efforts,
Et notre amitié fraternelle.   (bis.)

 

 

 

Un Français, aux champs d'Austerlitz (5),
Tombait sous la lance ennemie :
Il fait un signe ... et d'un Russe en furie
Le cœur s'émeut, les yeux sont attendris ;
« En vain, dit-il, le sang ruisselle ;
« Vivez, soyez libre par moi :
« Aux Francs-Maçons n'ai-je pas sur ma foi
« Juré l'amitié fraternelle ? »

 

 

 

Des feux qu'allume le désir (6)
 L'image à mes yeux se présente : 
Jeune guerrier, villageoise innocente, 
S'aiment tous deux et brûlent de s'unir. 
C'est le bonheur qui les appelle, 
Hymen, couronne leur espoir ! 
Leur dot est prête, ils vont la recevoir 
De notre amitié fraternelle.

 

 

Comment tracer tous les bienfaits
Que l'Ordre répand sur la terre ?

Comment savoir, enfans de la lumière,
Les soins, les dons que vous tenez secrets ?
Profane, à nos leçons rebelle,
Viens parmi nous, ouvre les yeux ; 
Et tu verras qu'on ne peut être heureux 
Sans notre amitié fraternelle.

 

 

 NOTES.

 

 

(1) Tous les traits cités dans cette romance sont historiques.

(2) Ce fait s'est passé il y a un an, dans le bois de Cujes, sur la route de Marseille à Toulon.

(3) Un créancier inexorable retenait à Sainte-Pélagie un père de famille âgé de 56 ans, qui lui devait 800 livres. Trois Maçons se sont réunis pour compléter cette somme, et ils ont, en outre, payé les frais de la sentence. Ils se sont fait ouvrir les portes de la prison, et ont emmené dîner avec eux, chez un traiteur du Boulevard, le débiteur infortuné.

(4) Le Frère Souville est membre de la Respectable Loge de Saint-Louis des Amis Réunis, à l'Orient de Calais.

(5) Le Frère Guéritot, officier au 9e. régiment de Hussards, membre de la Respectable Loge de Saint-Louis des Amis Réunis, à l'Orient de Calais, sauvé sur le champ d'Austerlitz par un Franc-Maçon, officier Russe. Voyez le programme du Jury de littérature, au 4e. volume des Annales Maçonniques.

(6) Une Loge de Paris a donné, il y a deux mois, une petite dot à une jeune fille de la campagne.

Le texte (qualifié de charmants couplets qui sont autant de tableaux aussi touchants qu'ingénieux) est également publié (pp. 95-9) au Tome VI des Annales maçonniques de Caillot, qui consacre ses pages 77 à 103 aux prix 1808 de Saint-Louis des Amis Réunis. Cette édition présente quelques légères différences (indiquées en gras dans la colonne de droite ci-dessus). C'est le Frère Maubert qui fit entendre la pièce au cours de la cérémonie de distribution des prix.

Le procédé consistant à utiliser les mots l'amitié fraternelle en fin de chaque couplet sera réutilisé par Quantin et aussi (avec le même titre et le même air que Delorme) par Voyard.

L'air Mes chers enfans, unissez-vous est donné par la Clé du Caveau, avec le titre alternatif du vaudeville de l'Amour filial (et non de la Piété filiale), sous le n° 801. L'Amour Filial ou les Deux Suisses est une oeuvre (1792) de Demoustier et  P. Gaveaux. Mes chers enfans, unissez-vous est effectivement l'incipit de son vaudeville final. On remarquera la conformité des métriques (8/8/10/10/8/8/10/8).

B. A., à qui nous devons le fichier midi que vous pouvez entendre, a également confectionné un fichier pdf qu'il a mis à votre disposition.

Retour au sommaire des chansons de Delorme :

Retour au sommaire du Chansonnier :