Couplets pour une Fête d'Adoption

Cette chanson provient des pages 228-9 de la Lyre maçonnique pour 1810.

Sur notre site compositeurs maçons, une page est consacrée au compositeur mentionné par la Lyre, Pacini.

Nourrit est mentionné ailleurs sur ce site.

Voir ici sur L'Age d'Or (dont Nourrit était membre).

La chanson figure également, avec les mêmes indications d'auteur, de compositeur et d'interprète, aux pp. 132-3 du Tome V des Annales maçonniques de Caillot, tome qui est accessible sur Google-Books ; ici, la date est précisée (le 23 mars 1808).

L'auteur du texte, Jean Pierre Simon Boubée (auteur d'autres chansons de ce site), a lui-même repris ce texte (avec quelques légères modifications) à la p. 51 de ses Souvenirs maçonniques de 1866, en précisant qu'il l'avait écrit pour une Fête d'Adoption que l'Age d'Or avait organisée en son honneur suite à l'obtention par lui du prix de littérature maçonnique en prose au concours 1808 de la Loge calaisienne Saint-Louis des Amis Réunis. Bizarrement, il y attribue d'ailleurs la musique, non à Pacini comme à l'époque de sa création, mais à Nourrit lui-même. Par contre, il avait bien cité Pacini comme compositeur à la p. 228 de ses Études historiques et philosophiques sur la francmaçonnerie ancienne et moderne de 1854.

ci-dessous : à gauche, la version parue dans la Lyre maçonnique ; à droite, le texte de celle parue dans les Annales.
 

COUPLETS

 

CHANTÉS PAR LE Frère NOURRIT,

De l'Académie Impériale de musique,

Dans la fête d'adoption, donnée par la Respectable Loge de l'Age d'Or, le 23 mars 1808.

FRERES ET SŒURS, vous savez tous comment 
Eve enivra jadis le premier homme ; 
On vous l'a dit : dans un jardin charmant, 
Au père Adam elle offrit une pomme. 
Cette pomme se trouve encor 
Dans les jardins de l'Age d'or.

 

Au Mont Ida, quand le berger Paris 
Eut décerné le prix à la plus belle, 
Pour le payer, la reine de Cypris 
Lui fit manger de la pomme immortelle. 
Cette pomme se trouve encor
Dans les jardins de l'Age d'or.

 

Eden, Ida, n'ont changé que de nom. 
Dans ces bosquets la pomme nous rassemble ; 
Mars et Vénus, et Minerve et Junon, 
Sans se bouder s'y rencontrent ensemble. 
Plaisir des dieux se goûte encor 
Dans les jardins de l'Age d'or.

BOUBée, 1er surveillant

Musique du Frère Pacini.

 

ci-dessous, la version parue dans les Souvenirs maçonniques de Boubée :

Retour au sommaire de la Lyre maçonnique pour 1810 :

Retour au sommaire du Chansonnier :