Cantiques pour Guillaume d'Orange (Mons 1819)

 

Aux pp. 598-607 du Tome III (années 1818-19) des Annales chronologiques, littéraires et historiques de la maçonnerie des Pays-Bas à dater du 1er janvier 1814 (accessible via la digithèque des bibliothèques de l’Université Libre de Bruxelles), Auguste de WARGNY donne le Tracé de la Tenue extraordinaire de la Loge montoise La Concorde (c'est le nom que portait alors la Parfaite Union) le 18 mai 1819, au cours de laquelle celle-ci eut le privilège de recevoir la visite du Prince Héréditaire, Guillaume d'Orange, par ailleurs Vénérable de l'Espérance.

Cet événement, salué par l'Orateur (le Frère Dupont) avec le loyalisme, l'enthousiasme et le déluge de flatteries qui semblent de rigueur en de telles circonstances, a, selon ce tracé, particulièrement gratifié les Frères de la Loge et les a mis au comble du bonheur et de la joie ( ! ).

Au cours du Banquet, qui a vu la traditionnelle exécution par l'orchestre de l'air Où peut-on être mieux qu'au sein de sa famille ?, ont été chantés divers cantiques, dont :

Retour au sommaire des chansons diverses du XIXe :

Retour au sommaire du Chansonnier :