Charles Bosselet

 

Né à Lyon, Charles-Marie-François BOSSELET (1812 - 1873) fut (à partir de 1835) second chef d'orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie à Bruxelles (vue ci-dessous) et (à partir de 1840) professeur d'harmonie au Conservatoire de cette ville, où il a enseigné à Peter Benoit. 

Il est l'auteur de nombreuses musiques de ballet pour la Monnaie, dont Les Dryades, Arlequin et Pierrot, Terpsychore sur terre, et d'oeuvres religieuses, non éditées.

Le 16 décembre 1853, il fit créer à la Monnaie une grande cantate pour l'anniversaire de la naissance de Léopold Ier. En 1852, il était devenu membre de l'Académie Royale de Belgique.

On lui doit la musique du Tracé maçonnique intitulé Franche-Maçonnerie Belge, dédié au Grand-Orient belge et aux loges de Belgique, sur des paroles du frère Desessart, datant vraisemblablement de 1839. On y voit qu'il était à ce moment membre des Amis Philanthropes (où, bien plus tard, en 1862-3, il parraina, sans que cela ait eu de suites, Peter Benoit). Il est d'ailleurs cité comme entré aux Amis Philanthropes pendant la période 1833-1845, dans le Précis historique consacré à cette Loge, en 1893, par un de ses membres, L. Lartigue.

Mais c'est en la même année 1839 qu'il a été également affilié aux Vrais Amis de l'Union

Ce ne peut être que lui qu'on trouve désigné, sous le nom de Bosselet fils, comme le compositeur d'un cantique de Defrenne en 1840, d'un autre la même année et et d'un autre encore en 1841. En effet, le Charles-Marie-François de cette page, né en 1812 et donc âgé de 28 ans en 1840, ne pouvait avoir à ce moment (comme c'était le cas en 1863 : son fils Charles-Antoine fut également maçon et compositeur) un fils en âge de composer ... Mais sans doute, en 1840, Charles-Marie-François, n'était-il encore lui-même considéré que ... comme le fils de son père ?

Il semble aujourd'hui totalement oublié, et nous n'en avons encore trouvé ni enregistrement, ni partition, ni même portrait.

Retour à la table chronologique :

Retour à la table alphabétique: