Zum Jahresschluß

En cliquant ici, vous entendrez le 1er couplet de la partition de Schulz, interprété par les Rhein-Main-Vokalisten dirigés par JÜrgen Blume

Cliquez ici (midi) ou ici (MP3) pour entendre un fichier électronique qui était proposé par un site aujourd'hui disparu.

En cliquant ici, vous entendrez un fichier mp3 de la partition de Weber, séquencé par Christophe D.

 

Nous avons relevé pour ce texte deux partitions, toutes deux au XVIIIe siècle, par deux compositeurs différents.

1. Schulz

Ce lied de Nouvel An, dont l'incipit est Des jahres letzte stunde (la dernière heure de l'année), a fait l'objet d'un enregistrement qui occupe (avec 3 couplets) la plage 25 du CD Aus diesen heiligen Hallen - Freimaurermusik aus dem Tempel der Loge Zur Einigkeit Frankfurt am Main (CD Prospect LC03695, interprétation des Rhein-Main-Vokalisten dirigés par Jürgen Blume).

Le livret en désigne comme auteur du texte Voß et comme compositeur J. A. P. Schulz. Nous n'avons trouvé dans les recueils d'époque que nous connaissons aucun lied de ce titre attribué à Schulz, mais une partition (la première reproduite ci-dessous) correspondant à l'enregistrement figure, avec les mêmes références d'auteur et la date de 1784, sous le n° 105 à la p. 166 du recueil (non daté mais certainement du XXe siècle) de W. Stukenberg & P. Hötzel, Liederbuch für Freimaurer.

L'auteur du texte, Johann Heinrich Voß (1751-1826), est identifié comme maçon par Wikipedia (initié en 1774 à la Loge de Hambourg Zu den Drei Rosen, il renonça à la maçonnerie en 1786).

Ce lied figure dans des dizaines de chansonniers profanes, comme ici, et son texte dans de nombreux chansonniers maçonniques, comme ici (n° 98). Il y a quelques variations entre ces diverses éditions (par exemple, au 3e vers, bringt Dank mit Herz und Munde ou trinkt Brüder, in die Runde).

Neujahr

Des Jahres letzte Stunde
Ertönt mit ernstem Schlag:
Trinkt, Brüder, in die Runde,
Und wünscht ihm Segen nach.
Zu jenen grauen Jahren
Entfliegt es, welche waren;
Es brachte Freud und Kummer viel,
Und führt' uns näher an das Ziel.

CHOR

Ja, Freud und Kummer bracht' es viel,
und führt' uns näher an das Ziel.

In stetem Wechsel kreiset
Die flügelschnelle Zeit:
Sie blühet, altert, greiset,
Und wird Vergessenheit;
Kaum stammeln dunkle Schriften1)
Auf ihren morschen Grüften.
Und Schönheit, Reichtum, Ehr und Macht
Sinkt mit der Zeit in öde Nacht.

CHOR

Und Schönheit, Reichtum, Ehr und Macht
Sinkt mit der Zeit in öde Nacht.

Sind wir noch alle lebend,
Wer heute vor dem Jahr,
In Lebensfülle strebend,
Mit Freunden fröhlich war?
Ach mancher ist geschieden,
Und liegt und schläft in Frieden!
Klingt an, und wünschet Ruh hinab
In unsrer Freunde stilles Grab.

CHOR

Klingt an, und wünschet Ruh hinab
In unsrer Freunde stilles Grab.

Wer weiß, wie mancher modert
Ums Jahr, versenkt ins Grab!
Unangemeldet fodert
Der Tod die Menschen ab.
Trotz lauem Frühlingswetter
Wehn oft verwelkte Blätter.
Wer von uns nachbleibt, wünscht dem Freund
Im stillen Grabe Ruh, und weint.

CHOR

Wer nachbleibt, wünscht dem lieben Freund
Im stillen Grabe Ruh, und weint.

Der gute Mann nur schließet
Die Augen ruhig zu;
Mit frohem Traum versüßet
Ihm Gott des Grabes Ruh.
Er schlummert kurzen Schlummer
Nach dieses Lebens Kummer;
Dann weckt ihn Gott, von Glanz erhellt,
Zur Wonne seiner bessern Welt.

CHOR

Dann weckt uns Gott, von Glanz erhellt,
Zur Wonne seiner bessern Welt.

Auf, Brüder, frohes Mutes,
Auch wenn uns Trennung droht!
Wer gut ist, findet Gutes
Im Leben und im Tod!
Dort sammlen wir uns wieder,
Und singen Wonnelieder!
Klingt an, und Gut sein immerdar!
Sei unser Wunsch zum neuen Jahr!

CHOR

Gut sein, ja gut sein immerdar!
Zum lieben frohen neuen Jahr!

Chanson de nouvel an

La dernière heure de l’année
Résonne avec la gravité du glas :
Buvez donc, mes frères,
Et saluez son départ.
Elle va rejoindre les années
Qui depuis longtemps ne sont plus.
Elle nous a donné bien des joies et des tristesses,
Et nous a conduit plus près de notre but.

CHOEUR

Elle nous a donné bien des joies et des tristesses,
Et nous a conduit plus près de notre but.

Avec rapidité, le temps 
Tournoie et change constamment :
Il fleurit, mûrit, et vieillit ;
Et puis il devient le passé ;
Des traces d’inscriptions 
Se dessinent sur vos tombes en ruines.
Beauté, richesse, honneur et puissance
Avec le temps s’enfoncent dans la triste nuit.

CHOEUR

Beauté, richesse, honneur et puissance
Avec le temps s’enfoncent dans la nuit triste.

Sommes-nous tous encore vivants,
Alors qu’il y a à peine un an,
Nous tentions de remplir nos vies
Et de nous réjouir avec des amis ?
Certains, hélas, sont partis,
Ils sont morts et dorment dans la paix !
Levez vos verres, et souhaitez bon repos
A vos camarades dans leurs tombes calmes. 

CHOEUR

Levez vos verres, et souhaitez bon repos
A vos camarades dans leurs tombes calmes.

 

 

 

 

 

Merci d'avance à qui pourrait proposer une traduction de ces deux couplets. 

  
  

 

 

 

 

 

 

Prenez courage, mes chers frères,
Même si nous devons nous séparer !
Ceux qui sont bons trouvent du bon
Dans la vie comme dans la mort !
En elle nous serons réunis,
Et nous chanterons des chants de béatitude.
Levez vos verres, et soyez toujours bons !
Que ce soit là notre résolution de nouvel an.

CHOEUR

Soyons bons, toujours bons
Au cours de la chère et joyeuse nouvelle année!

Sous le titre Zum Jahresschluß, on trouve également la partition, dans un autre ton, et avec les mêmes mentions d'auteur, au n° 138 (pp. 148-9) du Liederbuch für Freimaurer-Logen de Fischer et Tschirch.

Le texte (ramené à 4 couplets seulement) est quelque peu différent. 

     

        

2. Weber

On trouve pour le même texte une partition de B. A. Weber (6 couplets) à la p. 30 n° 18 du recueil (1795) Freimaurer Lieder mit Melodien, herausgegeben von Böheim (dans un autre ton, n° 19, p. 36 dans l'édition 1798, reproduit ci-dessous).

  

Freimaurer Kantaten & Lieder

Retour au sommaire des chansons diverses du XVIIIe:

Retour au sommaire du Chansonnier :