BLASIUS

En cliquant ici, vous entendrez le début du 2e mouvement (Andantino) de sa suite d'harmonie n° 1 (CD Sony Harmoniemusik SK 68263)

 

Né en Alsace, Matthieu-Frédéric Blasius (1758-1829) prend, avec ses frères Pierre et Ignace, ses premières leçons de musique auprès de son père Jean-Michel. Ayant poursuivi ses études musicales à Strasbourg puis à Paris, il devient un virtuose réputé tant au violon qu'à la clarinette, tout en jouant également de la flûte et du basson. 

A la création du Conservatoire en 1795, il y est désigné comme professeur. Il sera l'auteur d'une méthode de clarinette en 1796 et de basson en 1800.

Après avoir été le chef de la musique de la garde des consuls, il devient celui de l'orchestre de l'Opéra-Comique, fonction qu'il exercera brillamment pendant 25 ans.

Il est l'auteur d'une symphonie concertante pour deux cors, de concertos pour violon et clarinette, de 3 suites d'harmonie, de musique de chambre et de plusieurs opéras ; il a aussi collaboré avec Henri Montan Berton, Méhul, Cherubini, Dalayrac, Prosper-Didier Deshayes, Devienne, Grétry, Louis Emmanuel Jadin, Kreutzer, Solié et Armand-Emmanuel Trial pour une oeuvre collective, le Congrès des Rois (1794).

Le Bihan (dans son ouvrage Francs-maçons parisiens du Grand Orient de France) donne Mathieu-Frédéric "Blasius le jeune" comme Professeur de musique et membre des Amis réunis (1771-84), de Ste-Cécile (1784) et de la Société Olympique (1786). L'Encyclopédie de la Franc-maçonnerie par divers auteurs sous la direction d'Eric Saunier (Pochothèque, 2000) signale (à l'article violon de Christine Naslin-Gaudin) qu'il participa en 1806 à une fête du Grand Orient de France. Une source le donne aussi comme 2d Surveillant de Saint-Jean de Palestine.

Le Bihan cite également Pierre "Blasius l'aîné" (1752-?), membre des Amis réunis (1780-89), de Ste-Cécile (1784) et de la Société Olympique (1786), en le qualifiant également de Professeur de musique (il enseigna effectivement aussi au Conservatoire). Selon Naslin-Gaudin dans l'article précité, il était violoniste (ce dont nous doutons puisqu'il semble qu'il enseignait les instruments à vent au Conservatoire - mais peut-être était-il aussi polyvalent que son frère ?) et compositeur, mais nous n'en savons malheureusement pas plus sur lui.

Enfin, Le Bihan parle d'un éventuel Blasius (peut-être un 3e?) qu'il donne comme Musicien et membre de la Société Olympique en 1786 : serait-ce Ignace ?

Retour à la table chronologique:

Retour à la table alphabétique: