Il faut quitter ce que j'adore

 Cliquez ici (midi) ou ici (MP3) pour entendre cet air

Cette partition porte le n° 229 dans la 3e édition de la Clé du Caveau, avec les titres alternatifs Si Pauline est dans l'indigence et Il faut quitter ce que j'adore. Nous supposons qu'elle couvre également les airs mentionnés comme se chantant sur Je vais quitter ce que j'adore.

 

Le texte (par Radet, dans Pauline ou la fille naturelle, 1792) de Si Pauline est dans l'indigence - l'air est de Solié dans le Jockey -, est donné (p. 201) par les Chansons populaires de France de Richard Lesclide :

Si Pauline est dans l'indigence, 
Moi, grâce au ciel j'ai de l'argent ; 
Pour une honnête et douce aisance, 
Mon avoir sera suffisant. 
A la compagne de sa vie, 
On doit offrir un sort heureux. 
Ah ! quand on prend femme jolie, 
Il faut avoir du bien pour deux.

Loin d'elle je prétends sans cesse 
Chasser le chagrin, le souci ; 
Et si parfois de la tristesse 
Elle éprouve le sombre ennui, 
J'égayerai ma douce amie, 
Car moi je suis toujours joyeux. 
Ah ! quand on prend femme jolie 
Il faut de la gaîté pour deux. 

Pauline, au printemps de son âge 
A peine touche à ses quinze ans ; 
Les travaux, les soins du ménage 
Pour elle seront fatigants. 
Mais j'aiderai ma douce amie ; 
Je me sens fort et courageux. 
Ah ! quand on prend femme jolie , 
Il faut de la santé pour deux.

Et le dernier vers des deux derniers couplets nous donne à penser que cet air est le même que ceux connus sous les titres Il faut de la santé pour deux et Il faut de la gaîté pour deux.

chanson(s) de ce site utilisant cet air : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

 

Retour au sommaire des airs profanes :

Retour au sommaire du Chansonnier :