C'est un enfant

En cliquant ici, vous entendrez le fichier midi de la partition donnée par la Lire

En cliquant ici, vous entendrez le fichier midi de la partition harmonisée sous ce titre par Casadesus.

L'air C'est un enfant est donné par la Clé du Caveau (3e édition) sous le n° 867, avec les titres alternatifs Vaudeville du Devin du Village ou L'art à l'amour est favorable.

Cette partition est la même que celle donnée sous ce titre par la Lire maçonne à sa page 206.

Jean-Jacques Rousseau ne fut pas seulement littérateur et philosophe, mais aussi musicologue (sa Dissertation sur la musique moderne est accessible ici) et compositeur. 

C'est un enfant, c'est un enfant est un air de la scène finale de l'Opéra pastoral qu'il écrivit en trois semaines, Le Devin du Village (intermède en un acte, représenté pour la première fois à Fontainebleau le 18 octobre 1752, et à l'Académie Royale de Musique - l'Opéra de Paris - le 1er mars 1753) ; pendant des dizaines d'années il allait connaître un énorme succès (plus de 540 représentations à l'Opéra jusqu'en 1829).

Favart en fera représenter, en septembre 1753, une parodie patoisante, les Amours de Bastien et Bastienne. Celle-ci à son tour inspirera Mozart alors âgé de 12 ans (Bastien und Bastienne, K. 50, sans doute représenté pour la première fois le 1er octobre 1768 chez le célèbre magnétiseur Franz Anton Mesmer à Vienne.)

On peut voir l'original de cet air (qui, au décalage de ton près, correspond) à la p. 80/106 de la partition.

    cliquez sur le haut-parleur pour entendre un extrait de l'air de l'opéra par Michel Roux accompagné par l'orchestre de chambre Louis de Froment (CD CPO 999559-2)

ci-contre : exemplaire dédicacé par l'auteur à la Marquise de Pompadour (image provenant du site dédié à celle-ci), qui faisait représenter l'opéra en privé et y tenait le rôle de Colin.

Le texte et la partition du Devin du Village sont disponibles sur le web. D'autres airs de l'opéra ont été utilisés par la Lire maçonne aux pp. 176, 254, 404 ainsi que 200 (pour celle-ci, seulement à l'édition 1787).

 Les paroles originales de Rousseau sont ci-dessous comparées à celles d'un de ses pastiches maçonniques :

Rousseau 

L'art à l'Amour est favorable
Et sans art l'Amour sait charmer;
A la ville on est plus aimable,
Au village on sait mieux aimer.
Ah! pour l'ordinaire,
L'Amour ne sait guère
Ce qu'il permet, ce qu'il défend;
C'est un enfant, c'est un enfant. 

Couplets

Célébrons l'agréable fête
Qui nous assemble en ce beau jour ;
La tendre amitié qui l'apprête
Ne connaît jamais de détour;
Car, pour l'ordinaire,
Le maçon sincère,
Pour bien tourner un compliment,
Est un enfant, est un enfant.

On peut voir sur une page de ce site une partition harmonisée par Casadesus pour le titre C'est un enfant et sur une autre une partition différente également harmonisée par Casadesus (elle fait partie du même recueil) sous le titre L'art à l'amour est favorable.

Mais cette disparité met en évidence une bizarrerie : cette deuxième partition est pratiquement identique à celle donnée (toujours dans le même recueil, p. 2) par le même Casadesus pour le Cantique des Santés et l'air Mon père était pot.

 

Retour au sommaire des airs profanes :

Retour au sommaire du Chansonnier :