Le Dieu des bonnes gens

Pour entendre un fichier de cet air, cliquez ici (midi) ou ici (MP3) 

 Pour une autre version plus rapide, séquencée par Acélan, cliquez ici (midi) ou ici (MP3).

Cliquez ici pour entendre chanter le 2e couplet par Serge Hureau

Il est un Dieu, devant lui je m'incline est l'incipit de la chanson - déiste mais fort peu chrétienne - de Béranger, Le Dieu des bonnes gens, qui date de 1817 (c'est-à-dire pendant l'occupation de la France par des troupes étrangères, ce qui explique certaines allusions dans le texte).

Celle-ci figure (n° 113, p. 76) dans le recueil Musique des chansons de Béranger publié à Paris (chez Perrotin) en 1853 (6e édition).

On sait que cette chanson fut invoquée comme pièce à conviction de l'outrage à la morale publique et religieuse dans le premier procès intenté à Béranger en 1821. Il vaut la peine de lire le compte-rendu de ce procès (pp. 207-310) où le célèbre avocat (et maçon) Dupin jeune, défenseur de Béranger, se trouva opposé à l'avocat général de Marchangy (celui-là même qui allait requérir contre les quatre sergents de La Rochelle).

Béranger réutilise cet air (n° 137, p. 98) pour une autre chanson (de 1818), La Sainte Alliance des peuples, dont voici le premier couplet, et dont on trouve le texte complet sur une page d'un chapitre consacré à Béranger sur le riche site Anovi consacré au XIXe siècle :

J'ai vu la paix descendre sur la terre,
Semant de l'or, des fleurs et des épis.
L'air était calme, et du dieu de la guerre
Elle étouffait les foudres assoupis.
Ah ! Disait-elle, égaux par la vaillance,
Français, anglais, belge, russe ou germain,
Peuples, formez une sainte alliance,
Et donnez-vous la main.

Béranger a trouvé cet air dans le Vaudeville de la Partie carrée. Partie carrée, ou Chacun de son côté, est une comédie-vaudeville en 1 acte (1810) de Théaulon, Dumersan et François Victor Armand d'Artois de Bournonville (1788-1867), avec des airs nouveaux de Doche, parmi lesquels celui du vaudeville final, dont Doche a publié la partition (semblable à celle ci-dessous) à la p. 324 de sa Musette du Vaudeville.

 

Voir ici une partition avec accompagnement de piano.

chanson(s) de ce site utilisant cet air : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14

illustration naïve de La Sainte Alliance des peuples dans l'ouvrage Chansons de P.-J. de Béranger anciennes et posthumes, nouvelle édition populaire (Paris, Garnier frères, sd)
(image aimablement fournie par Maxime F.)

 

Retour au sommaire des airs profanes :

Retour au sommaire du Chansonnier :